L’Europe face à la cybercriminalité

cybercriminalité

Le Centre Européen de lutte contre la cybercriminalité a été inauguré le 11 janvier 2013.

L’Union Européenne a décidé de renforcer son action contre la cybercriminalité en instaurant un Centre Européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3) qui est situé dans les locaux de l’Office européen de police (Europol) à la Haye (Pays-Bas). L’EC3 aura pour vocation d’apporter une expertise pour réagir de manière souple et adéquate car la cybercriminalité ne connaît pas de frontière et implique des criminels difficiles à démasquer.

La cybercriminalité augmente et ses auteurs ont mis en place un marché lucratif gravitant autour de leurs activités illicites, où des informations concernant des cartes de crédit peuvent être vendues entre groupes criminels organisés pour la modique somme d’1 € par carte, une fausse carte de crédit pour un montant environnant les 140 €, et des détails de comptes bancaires pour 60 € à peine.

La cybercriminalité vise également les médias sociaux: jusqu’à 600 000 comptes Facebook sont bloqués chaque jour après avoir été la cible de plusieurs types de tentatives de piratage, et plus de 6 700 000 ordinateurs différents transformés en zombies ont été recensés en 2009.

L’EC3 mettra les États membres en garde contre les menaces informatiques majeures et attirera leur attention sur les faiblesses des défenses de leurs installations en ligne. Il repérera les réseaux de criminels informatiques organisés ainsi que les contrevenants les plus importants présents dans le cyberespace. Il apportera un soutien opérationnel au cours d’enquêtes sur le terrain, au niveau tant de l’analyse que de la création d’équipes communes d’enquête sur la cybercriminalité.

L’EC3 est conçu comme un centre de fusion des informations et de soutien aux enquêtes opérationnelles et de police scientifique. Les enquêtes porteront sur la fraude en ligne, la la maltraitance infantile en ligne et d’autres types de cybercriminalité concernent régulièrement des centaines de victimes simultanément, et impliquent des suspects en différents endroits du monde.

L’EC3 se concentrera sur les activités illicites en ligne menées par des organisations criminelles, notamment les attaques dirigées contre les services de banque en ligne ou d’autres activités financières en ligne, l’exploitation sexuelle en ligne des enfants et la criminalité touchant aux infrastructures critiques et aux systèmes d’information de l’UE.

Le Centre facilitera également les travaux de recherche et de développement, il assurera le renforcement des capacités dont disposent les services de police, les juges et les procureurs, il élaborera des rapports d’évaluation des menaces, y compris des analyses de tendances et des prévisions, et il publiera des alertes précoces. Selon le communiqué de presse, « afin de démanteler davantage de réseaux cybercriminels et de poursuivre un plus grand nombre de suspects, l’EC3 recueillera et traitera des données liées à la cybercriminalité et mettra à la disposition des unités répressives des États membres de l’UE un service d’assistance («help desk») à la lutte contre la cybercriminalité. Ce service offrira un soutien opérationnel aux pays de l’Union (par exemple, pour lutter contre les intrusions, les fraudes, l’exploitation sexuelle en ligne des enfants, etc.), et mettra à leur disposition une expertise technique, analytique et en matière de police scientifique dans le cadre d’enquêtes communes au niveau de l’Union Européenne ».

[Source: Europa: communiqué en date du 9 janvier 2013].

[Illustration: Photos Libres]

Design Downloaded from free wordpress themes | free website templates | Free Textures